Categories
Uncategorized

la belle-mere

Guitar

la belle-mere
Ok cette histoire s’est passée il y a plusieurs années. J’étais encore en couple avec une fille merveilleuse, c’était l’amour fou entre nous, meme apres 14 ans de vie ensemble, je ne regardais qu’elle. Nous étions toujours ensemble, nous faisions tout ensemble, surement pour cela qu’aujourd’hui, nous nous sommes séparés, bref. Nous avions une grande maison et sa mere comme le bonhomme était mort depuis peu, sa fille me parlait de la prendre avec nous. Je n’étais pas chaud a l’idée, non que j’aimais pas la belle-mere, sauf qu’entre nous, on se parlait gentiment, poliment mais sans plus. Ma blonde me disait que justement a se voir plus souvent, nous pourrions apprendre l’un de l’autre et s’apprécier plus, ok. Cela faisait plus de trois mois qu’elle habitait avec nous, ma blonde était partie travailler, moi en congé, je faisais la grace matinée, pas un son dans la maison, je me disais que la belle-mere devait etre partie faire des courses. Je me leve, a poil et vais a la cuisine me faire un café. Je m’assieds a la table pour lire le journal, le calme. Je suis concentré sur un article, quand,

– bonjour le gendre

Je sursaute, je rougis,

– bonjour, dis-je en cachant la queue, je vous croyais partie ?

– ben non, je vois qu’on prend ses aises

– je suis chez moi !

– oui oui, pas de probleme, me dit-elle avec un petit sourire

Elle s’assied en face apres s’etre versé une tasse de café et me fixe.

– qu’est-ce qu’il y a ?

– rien, je me demande comment ca va avec Manon ?

– heu dans quel sens ?

– sexe ?

Je suis de la question,

– vous savez j’aime beaucoup votre fille, je ne pourrais vivre sans elle, meme coté cul, elle n’est pas tres portée sur la chose, elle est plutot genre commence qu’on en finisse, mais je l’aime

– tu dois etre un peu frustré, non ?

– ben vous savez, il y a la branlette, ca aide

Elle se leve et viens prendre place a mes cotés et délicatement dépose sa main sur ma cuisse

– tu sais, j’ai peut-etre l’air de quelqu’un de froid vis-a-vis toi, mais c’est plus de la jalousie face a ma fille

– quoi ?

– je suis jalouse d’elle, d’avoir un beau gars comme toi avec elle, souvent le soir dans mon lit je me touche en pensant a toi, t’imaginant me baiser

Je la regarde en me demandant ce qu’elle me dit, c’est du lard ou du cochon, se fout-elle de ma gueule ?

– tu sais on pourrait s’entraider

Je la regarde droit dans les yeux, il me faut quand meme dire qu’elle est bien foutue pour son age, cet été, elle se faisait bronzer dans un joli bikini qui laisser montrer un beau p’tit cul et des seins si mignons. Sa main remonte ma cuisse et se colle a ma queue qui devient toute dure. Elle la prend en main et commence une masturbation, je la laisse faire, son autre main défait le cordon de son peignoir, découvrant ses petits seins encore bien ferme.

– recule ta chaise

Je me recule, elle se penche et me suce la bite, je l’aide a se défaire du peignoir, je lui caresse le dos,

– venez vous mettre a quatre pattes sur la table

Une fois installer je me colle la bouche a sa chatte que je bouffe sans retenue, elle mouille, je lui glisse deux doigts et je la fouille. Elle se met a jouir, crier comme une folle,

– oui, oui, oui fais-moi jouir, oui, c’est bon, faisait longtemps que je n’avais pas joui comme cela

Je la dirige pour descendre de la table, je la plaque contre, crache sur ma queue, colle mon gland a l’entrée de son puits d’amour et d’un coup je pousse, nouveau cri

– OUIIIIIIIIIIII, vas-y baise-moi, démonte-moi la chatte, fais revivre mon minou

J’y vais a coeur joie, je me donne a fond, je la pilonne la belle-mere, elle en veut, elle va en avoir. Elle est si accueillante, si chaude, si sa fille pouvait etre pareil.

– Laisse-moi me retourner

Je me retire, elle se couche sur le dos, releve bien haut les jambes, je me remets en elle et recommence mes mouvements. Elle jouit a nouveau, merde elle était du pour se faire baiser mémé.

– j’aimerais tellement que tu éjacules sur ma figure

Bordel, elle m’excite, une vraie salope, je commence vraiment a l’apprécier la vieille. Comme je suis sur le point de venir je me retire, elle se met a genoux et je lui éclabousse la face de mon sperme, un flot de creme coule sur sa figure. De ses doigts elle ramene la sauce a sa bouche, elle se délecte la salope. Je me penche et viens l’embrasser a pleine bouche

– merci chéri

– merci a vous

– on recommencera si tu veux

– oui je le veux

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *